Le tourisme de santé : serait-il une nouvelle relance pour le tourisme tunisien ?

Fathy Boulifa

Résumé


Dans l’ambigüité du concept « tourisme de santé », on a opté
pour celui qui le compose en deux branches : le tourisme curatif
ou le tourisme de bien-être qui regroupe la thalassothérapie, le
thermalisme et la balnéothérapie et le tourisme médical.
Néanmoins, cet article se limitera au tourisme curatif pour
consacrer ultérieurement un autre article à l’étude du tourisme
médical à part.
En Tunisie, l’histoire du thermalisme remonte à près de trois mille
ans, dès les thermes des époques carthaginoise et romaine aux
hammams de l’ère islamique. Récemment l’exploitation des eaux
thermales et des eaux de la mer dans le tourisme représente un
tournant dans le tourisme de santé dans le monde et notamment en
Tunisie qui représente la deuxième destination pour ce produit à
l’échelle du monde. En dépit de prospérité de ce produit
touristique, il est caractérisé encore par la prédominance de la
thalassothérapie et la sous-exploitation du thermalisme,
notamment dans la région du Sud encore très riche en eaux
géothermales. Le tourisme curatif est contraint également par sa
dépendance des établissements hôteliers bien classés et de
tourisme balnéaire ce qui accentuerait davantage la concentration
spatiale du tourisme tunisien sur la côte

Mots-clés


Tourisme de santé; bien-être; tourisme curatif; spa; thalassothérapie; thermalisme; concentration spatiale

Texte intégral : PDF